« Je suis une mère indigne je sais! » Cette affirmation d’une de mes lectrices a fait tilt chez moi. 

Surprise sur le coup par cette dureté envers elle-même, soudain j’ai deviné d’où pouvait venir ce jugement.

On entend de plus en plus parler de parent bienveillant, d’éducation positive.

Comme si, par nature, les parents n’étaient pas bienveillants envers leurs enfants (bon c’est sûr, il y a des exceptions!).

Je pense que ce qualificatif de « bienveillant » fait naître un sentiment de culpabilité chez beaucoup de parents.

Car, « si je ne me comporte pas toujours de façon parfaite avec mon enfant, c’est que je dois être une mauvaise mère, une maman malveillante!! »

Que se cache derrière l’expression « parentalité bienveillante »?


D’après une définition trouvée sur le blog Les super parents :

Ouf ça parle de compétences et de connaissances en fait!

Il n’y a pas deux mondes, celui des parents bienveillants et gentils et celui des parents malveillants et méchants mais seulement celui des parents qui ont accès à un certain savoir (et le mettent en application) et les parents qui n’y ont pas accès (et/ou ne le mettent pas, n’arrivent pas à le mettre en application).

Ceci étant dit, comment on fait concrètement pour être un "parent bienveillant"?


Surtout que nous-mêmes avons été éduqués à la traditionnelle, où chantage, punitions voire châtiments corporels ont pu être banalisés?

Qu’on a été en quelque sorte conditionné et que ces conditionnements réapparaissent parfois (ou souvent!), sans même qu’on l’ait voulu?

Parce que quand on est heureux, que tout va bien c’est facile d’être un parent « bienveillant ».

Mais que se passe-t-il quand on est à bout, malade, épuisé physiquement et moralement et que l’enfant réclame sans cesse notre attention ou ne nous écoute pas?

>> Jetez un oeil à l’article 5 moyens de se faire obéir par son enfant sans se transformer en Hulk.

On peut craquer, se mettre à crier, punir (alors qu’on s’était promis « avec moi, jamais!! »)

Et alors on culpabilise…mais la culpabilité n’est-il pas le meilleur moyen pour que ces comportements se reproduisent à l’avenir?

Car, qui dit sentiment de culpabilité, dit détérioration de l’estime de soi et les pensées comme « Tu devrais avoir honte de toi! » « Tu es vraiment une mère / tante / grand-mère indigne! » ne sont pas loin d’apparaître…et devenir un leitmotiv qui nous fera croire qu’on l’est réellement.

Or, quand on se croit une mère indigne, ne risque-t-on pas de faire les actions d’une mère indigne  sans même s’en rendre compte?

Le sentiment de culpabilité devient en quelque sorte la "punition" que s'inflige cette maman "indigne". S'étant "auto-punie" par la culpabilité, son comportement inadéquat ne change pas malgré le temps qui passe, ce qui conduit à encore plus de culpabilité et de comportements qu'elle ne souhaite pas. Le cercle vicieux.

Arghh Inconscient, quand tu nous tiens!!

Je pense qu’en se déconditionnant pas à pas, avec beaucoup debienveillance envers soi-même, chacun.e pourra progresser doucement (mais sûrement) vers une éducation bienveillante authentique...

...Se dire, plutôt que « Tu devrais avoir honte de toi! », « Tu as commis une erreur, ça arrive, c'est humain. Qu'est-ce que tu peux faire pour arranger la situation et réparer cette erreur? »

...Et, plutôt que « Tu es vraiment une mère / tante / grand-mère indigne! », se dire : « Tu es vraiment une mère / tante / grand-mère géniale qui fait de son mieux! »

Qu’en pensez-vous?

Laisser un commentaire?