​Un soir de semaine​ après une journée particulièrement ​​difficile. ​Des parents donnent ​leur bain à leurs chérubins de ​deux et ​quatre ans. ​

Les 5 pièges ​de notre éducation

​​​La plupart des gens sont pris dans 5 pièges (très répandus) qui les empêchent d'être vrais, épanouis et de mettre en application l'éducation bienveillante. Comment en sortir?

​​Entrez ​votre Prénom et ​votre adresse Email ci-dessous ​pour recevoir gratuitement​​ ​dix ​trésors de sagesses ​recueillis dans ​une conférence incontournable de Thomas d'Ansembourg :

Une petite dispute éclate ​entre les ​enfants car le​ plus ​jeune veut jouer avec le canard en plastique de l'aîné et essaye de le lui arracher avec conviction. ​Pa​pa ​parvient ​à détourn​er l'attention d​e l'enfant sur un autre ​jouet "Ô un bébé canard!". Le bain finit joyeusement.

Puis vient le moment de mettre son pyjama. Le plus ​petit refuse catégoriquement de s'habiller. Maman lui demande une première fois, puis une deuxième, une troisième, rien n'y fait. Le stress monte.

On lui promet de lui lire son histoire préférée ​dès qu'il a fini de s'habiller. Non plus. "Bon ça suffit ​maintenant. Je compte jusqu'à trois. 1, 2..."

​Un peu effrayant le Hulk! ​Si cette histoire vous ​​parle vous êtes ​certainement au bon endroit. ​Je vous propose de découvrir 5 moyens de se faire obéir par son enfant en ​​favorisant ​une coopération ​​sereine et se donner ainsi les moyens de ​créer un foyer ​paisible. Bismillah​

​​La violence en tant que méthode éducative n’inspire pas le respect, elle crée de l’angoisse. Elle n’apprend pas aux enfants à faire la différence entre le bien et le mal, elle leur apprend qu’on a le droit d’en faire usage si on a le pouvoir. La violence n’apprend pas non plus aux enfants à respecter les limites des parents, elle leur apprend à avoir peur des conséquences.

​Jesper Juul

​Thérapeute familial

​1er moyen​ : Lui donner un choix limité

Comme vous avez dû sans doute le remarquer, votre adorable bambin commence à vouloir s'affirmer ​entre ​deux et ​quatre ans environ.

C'est l'âge du fameux "Non" ​et du "Je sais".

Jusque là tout va bien, et c'est très important de ​respecter son besoin d'affirmation...

...sauf ​que parfois il vous tient à coeur qu'il fasse une action​ parce que vous avez vous-même une contrainte (liée au temps ou à ​la santé par exemple)​.

​Donnez-lui le choix entre ​deux choses afin ​de répondre à ce besoin d'affirmation et donner à l'enfant une part, même si elle est minime, dans la prise de décision.

"Tu préfères l​e pyjama jaune ou ​bleu?", "Tu préfères que je te mette ton pyjama ou papa?", "Tu préfères que je te mette ton pyjama ou tu le mets tout seul?"

​​Ce moyen simple ​​est assez efficace ​car ​l'enfant se prête généralement au jeu...

...à condition de l'utiliser avec modération, ​dans le respect ​des besoins de l'enfant et d'être transparent.e sur ce qui vous motive à ​lui demander cette action...​

...autrement l'enfant ​​peut ressentir de la colère, de l'incompréhension, de l'injustice, du rejet (de s​​a capacité​ à décider seul, de son besoin d'autonomie) ​voire une trahison de votre part devant ​ce "faux choix". ​

Sa confiance en vous ​risque d'en prendre un coup...

...Or on sait que la confiance est la base de toute relation saine.

​N'oublions pas que l'enfant veut rester tout nu dans notre exemple...ne veut ni mettre ​son pyjama jaune...ni rouge...ni vert ^^. 

C'est donc important de lui expliquer que vous comprenez son désir. ​​​​De lui dire, par exemple, que vous aussi quand vous étiez petit vous adoriez jouer tout nu! 

Faites preuve d'empathie en vous efforçant de vous mettre à sa place : "Je comprends que tu préfères continuer à construire ton légo." "J'ai l'impression que tu préfères rester tout nu!" (Restez sérieux ^^).

Faites-lui savoir que vous êtes à l'écoute de ses émotions, ses sentiments et que vous en tenez compte.

​Accompagne​z-le ​un instant dans ses jeux​​ ou juste ​dans ce qui nourrit sa joie, ​dans ​l'instant présent...​profitez-en pour lui faire des chatouilles par exemple! 

​Réjoignez-le, ​un ​moment, là où il est...

Ensuite seulement, il ​lui sera beaucoup plus facile de vous écouter lui dire que dans un autre contexte ​vous ​auriez ​continué à jouer avec lui ​avec plaisir... ​seulement maintenant ​il se fait tard... ​​et ​s'il dort tard, après il risque d'être fatigué... et ​quand il est fatigué ​ça le rend grognon​ ​ce qui peut l'amener à se ​bagarrer avec son grand frère, etc...

"​Tu ​as remarqué, toi aussi, que tu te réveilles quand même beaucoup plus en forme quand tu te couches ​à cette heure-ci​? Que dis-tu de continuer notre jeu demain? "

Lorsque l'enfant choisit de coopérer de bonne grâce, le "choix limité" lui apparaît finalement ​comme une consolation ​qui l'aide surtout à ​réduire sa frustration(​il ne sait pas encore la gérer à cette âge).

2e ​moyen : ​Lui faciliter l'obéissance ​

​Prenez de l'avance et donnez​ à votre enfant une vraie marge de temps. Par exemple: "Tu peux jouer encore dix minutes. Après, on mange!" Pour revenir à notre exemple du début, faites-lui choisir ses vêtements bien avant l'heure du bain le soir et la veille pour le matin.

Libérez-vous de la contrainte du temps afin de ne pas vous sentir sous pression et lui accorder ainsi le temps qui lui permettra de se préparer à réaliser l'action. Ça lui permettra également de la faire à son rythme, sans stress inutile.

Adaptez vos ordres. N'oublions pas que le cerveau de l'enfant est encore immature, surtout en-dessous de six ans. Adaptons les ordres à son âge, ses capacités de compréhension et physiques.

Évitons par exemple de lui donner des ordres quand il est fatigué ou grognon (souvent ça va de paire!).

Utilisons un langage précis, facile à comprendre pour lui. Évitons de lui demander de faire plus d'une action à la fois afin ​de ne pas le rendre confus.

N'hésitez pas à accompagner l'enfant, l'aider à accomplir l'action en lui montrant comment faire avec des gestes, sans faire à sa place.

Attirez l'attention de l'enfant vers ce qui est permis plutôt que ce qui ne l'est pas. Le cerveau humain ne connaît pas la négation, le cerveau d'un enfant encore moins! Par exemple, si je vous dis: "Surtout n'imaginez pas votre boss avec un nez de clown sur le nez", j'imagine que vous n'êtes surtout pas en train de le faire n'est-ce pas? 🙂

Pour l'enfant c'est pareil: si vous lui dites "Ne monte pas sur cette chaise" vous avez beaucoup plus de chance qu'il y monte que si vous lui disiez "Reste ici" ou "descend de cette chaise".

Transformez l'ordre en jeu. Exemple: "Le premier qui a mis son pyjama a gagné!"

3e moyen : Adopter le bon ton de voix

​Nous n'avons pas besoin de ​crier pour​ se faire obéir ​​par son enfant. Crier ne fera que le stresser et le rendre confus, ce qui ​​ne vous aidera ​pas à le faire obéir. ​​Même ​en conditions extrêmes, comme un danger imminent, il est plus efficace de parler sur un ton posé ou d'intervenir calmement que crier. ​

Mais crier n'est pas seulement in​utile. Chaque fois que nous crions sur l'enfant ou lui parlons mal, notre relation avec l​ui s'effrite un peu et ​tend ​à se baser sur la peur plutôt que la confiance et le respect. ​​

De plus, comme l'explique le docteur Catherine Gueguen, l'environnement social et familial de l'enfant transforme littéralement son cerveau.

Les intéractions négatives​ ​l'affectent durablement et ​sont la cause directe de certains troubles du comportement et retards de développement.

Adopte​z un ton posé​ et ferme, respectueux​ et assuré.

Le ton de votre voix est décisif pour faire coopérer l'enfant. ​S'il détecte une hésitation, une inquiétude ou un manque de confiance en vous​, ​vous pourrez attendre longtemps ​qu'il ​obtempère.

En effet, si vous n'avez pas l'air convaincu vous-même du bien-fondé de ce que vous lui demandez​, comment voudriez-vous qu'il le soit?

Reste​z cohérent​. Si vous pouffe​z de rire de ses bêtises ​puis ​devenez sévère ​en mode Super Nanny une ​minute après​, l'enfant risque de ne rien y comprendre! Et surtout vous perdez de votre crédibilité.

​​4e ​moyen : ​Prendre soin de soi au quotidien

​​Pour rester zen​ et ferme quand il faut avec ​votre enfant, ​vous avez besoin d'une bonne dose d'énergie et de sérénité

​Adoptez une hygiène de vie optimale: mange​z sain et léger, dorm​ez suffisamment en vous couchant et en vous levant à des heures convenables. Fai​tes de l'exercice physique tous les jours, même 10 minutes de marche pour commencer.

Entreten​ez un état d'esprit positif en cultiv​ant le contentement, la gratitude, l'enthousiasme et en souri​ant le plus souvent possible. Vous pouvez écrire dans un carnet spécial​, ​chaque soir ​ou matin, au moins 3 choses pour lesquelles vous éprouvez de la gratitude. ​Par exemple être en vie et ​voir grandir votre adorable enfant 🙂

​Débarassez-vous de toute pensée toxique: rancune, ressentiment, colère, envie. Je pense qu'il n'y a rien de mieux que l'écriture pour sortir les poubelles mentales en écrivant tout ce qui nous frustre et nous met en colère, quitte à brûler ce qu'on a écrit après!

​Relaxez-vous ​quotidiennement, même 5 minutes. ​Massages, méditation ​de pleine conscience, yoga​ sont des ​techniques très ​efficaces pour nous aider à déstresser, ​à nous reconnecter à ​nous-mêmes, à nous recentrer et prendre du recul sur les évènements!

Voici une posture de yoga très simple et qui vous ​aidera à ​vous détendre et retrouver le sentiment de maîtriser la situation en ​trois minutes :

 Allongez-vous par terre sur le dos, jambes fléchies, pieds posés à plat sur le sol et écartés de la largeur de la hanche. Gardez les bras le long du corps et les paumes des mains vers le ciel. Fermez les yeux et respirez profondément. Laissez votre esprit et votre corps se reposer.

​5e ​moyen : Se remettre ​en question ​​

​Rappel​​ez-vous que ​n'êtes pas infaillible et qu'il nous est ​tous arrivé de désobéir à nos éducateurs​ et ce à un âge peut-être plus mature que l'enfant. Cela peut nous aider à lâcher prise et ne pas chercher à le faire obéir à tout prix. ​

Demandez-vous par exemple: "Ai-je moi-même été obéissant et coopératif avec mes parents dans ​des situations similaires?", "Ai-je ​eu des manquements récemment envers ​mon enfant ou une autre personne?"

​Posez-vous cette question: "Pourquoi je souhaite ​faire obéir mon enfant, là maintenant?". "Est-ce pour lui ou pour mon propre confort?", "Est-ce pour son bien ou pour ​obéir à mon égo"? ​"Quel ​est mon besoin non comblé?" "Quelle solution ​pourrions-nous trouver qui convienne à tous?"

Revoyez certaines règles. Est-il vraiment nécessaire de donner le bain à votre enfant tous les soirs ou à une heure précise? S'il refuse de manger c'est peut être simplement qu'il n'a pas encore faim? Vous forcez-vous à manger alors que vous n'avez pas envie?

S'il refuse de s'habiller peut être qu'il a trop chaud? Ou ​qu'il refuse d'aller à un endroit particulier - car il est négatif pour lui​ - ou de dormir parce qu'il n'a pas du tout sommeil (mettre son pyjama est synonyme de "devoir" dormir)?

Acceptez ​vos limites. ​Je pense que c'est la voie la plus sage. ​N'hésitez pas à passer le relai à un proche si ​vous vous sentez à ​cran. ​Lorsqu​e vous êtes seul, ​vous pouvez sortir de la pièce ou juste ​vous éloigner un moment ​le temps de prendre une pause et retrouver votre calme en ​inspirant et en expirant ​profondément.

Asseyez-vous, voire allongez-vous quelques m​inutes. ​La bouteille de retour au calme​, par exemple, est un bon moyen pour retrouver son sang froid​ (​cet outil "magique" marche aussi bien pour l'enfant que l'adulte ^^). ​​

​Pour le croyant, toute difficulté ​est une opportunité de se tourner vers Dieu, revenir à ​Lui, lui demander son Assistance en se plaignant à Lui de notre faiblesse et de nos limites. Un​e belle prière à répéter : "Ô Seigneur! Il n'y a de chose facile que ce que Tu rends facile et si Tu le Veux, Tu Peux rendre la chose difficile, facile".

Gard​​e​z une bonne opinion de l'enfant quoiqu'il arrive. ​Il ne désobéit pas pour ​vous embêter (même s'il peut fortement donner cette impression parfois!). ​

C'est plutôt un être à part entière, qui a besoin de comprendre le bien fondé d'une règle pour y adhérer et y obéir. Or l'intérêt de beaucoup de règles d'adulte lui échappe. ​

De plus c'est un être en construction, ​qui ​ne sait pas encore gérer ses émotions. C'est à nous de l'aider à les comprendre et les canaliser​ ​​plutôt que les brimer. ​​

Et c'est de ​la responsabilité d​u parent de maintenir des intéractions de qualité avec l'enfant et les autres membres de la famille. ​L'enfant ne peut assumer ​cette responsabilité​. Il ne peut que vous prendre comme exemple​.

Plus ​vous saur​ez gérer ​vos propres émotions (notamment la colère et l'anxiété), fer​ez preuve d'empathie​, de compassion, d​'équité, ​plus l'enfant saura comment faire.

​Accept​ons de nous adapter à l'enfant plutôt que le faire s'adapter à nous.

N'est-il pas plus ​efficace, à long terme, ​​d'être à son écoute et de coopérer ensemble ​plutôt que de lui mettre ​une pression ​génératrice de stress ​et de troubles​?

​Partagez votre avis en commentaire! ​Quel moyen ​​allez-vous commencer à utiliser dès aujourd'hui pour faciliter la coopération de votre enfant?

Laisser un commentaire?