Un parent avisé sait intuitivement que l'éducation doit s'harmoniser avec le développement naturel de l'enfant afin qu'elle donne ses fruits. Le parent Musulman, lui, sait aussi que l'enfant a déjà en lui la graine de la foi, la fitra ou disposition naturelle à aller vers Dieu. Il s'agit donc de prendre soin de cette graine afin qu'elle puisse grandir sans obstacles. Comment nourrir de façon adéquate cette fitra de l'enfant et introduire la religion dans sa vie comme une source de joie? ​Bismillah​.

​La fitra​ ​​de 0 à ​6 ans

​Avant l’âge de sept ans, ​l'enfant a surtout besoin de beaucoup d’amour et d'attention​. ​Un lien fort parent-enfant ​l'aidera ​​à développer ​son estime de soi, cette vertu indispensable ​dans la construction d’un caractère équilibré et d'une spiritualité ​​saine. ​​Un environnement stable, affectueux, ​​servira de terreau solide à un code moral interne​. Car ​l'enfant n'est ​alors pas encore capable de discerner le bien du mal, bien qu'il ait besoin de limites clairement établies.

Pour lui, faire quelque chose de "mal" est surtout lié au fait de se faire reprendre. Il appréhende le monde plus par ses cinq sens que par son intellect. Selon des propos attribués à la pédagogue Maria Montessori (connue également pour être une fervente chrétienne) ici, ​​l'enfant ​est ​plus disposé à vivre la religion comme une expérience vivante qu'apprendre un dogme​. Lui enseigner la religion ​sous forme de leçons ​​n'en fera ​donc pas une réalité pour lui.

​Pire, cela risque de lui f​aire ​voir ​la religion ​​​​comme une contrainte​. ​Au lieu de la lui faire aimer, ​on construit ​alors un obstacle qui l'empêchera ​la comprendre ​​quand il sera plus âgé. ​En revanche, lui faire connaître Dieu​ ​comme le ​Créateur bienveillant qui ​aime et ​​protège ​ses créatures ​​​lui parlera et permettra de construire le fondement ​de sa spiritualité.

D'un autre côté ​Maria Montessori ​observe que l'enfant, dès son plus jeune âge, est très attiré par les rituels. On ​constate en effet que le tout jeune enfant est très sensible ​au rituel de la ​salât, et cherche à imiter les adultes dans leurs mouvements. ​Concentré et plein d'imagination, son imitation peut être très personnalisée! Il peut considérer que dessiner ou se cacher derrière une porte fait partie du rituel ^^. ​

Elle rappelle que, dans les sociétés modernes et primitives, le fait de consacrer un espace-temps pour un rituel particulier fait partie de la nature humaine.  

L'aspect cérémonial des rituels religieux répond donc à un besoin naturel profond chez l'enfant.

De plus, ​les rituels engagent ​les cinq sens, ​sont en prise directe avec le réel. ​​En lui préparant un environnement propice, on ​pourra laisser à l'enfant ​la liberté de participer pleinement à la cérémonie de la ​salât.

On pourra, par exemple, lui ​présenter deux petites bassines ​​(l'une servira à verser, l'autre comme "lavabo") pour qu'il puisse fa​ire ses "ablutions" s'il n'a pas ​de lavabo ​​à sa hauteur. On pourra ​ranger un petit tapis et un​​ châpelet à son ​intention dans un endroit facile​ d'accès pour lui. ​Enfin, ​on pourra lui aménage​r un espace de prière agréable à côté du notre, ​en y mettant de l'ordre et​ ​un peu de parfum.

L​'expérience de verser de l'eau, l'espace ordonné, l'odeur ​parfumée, l'alternance entre silence et paisible récitation du Coran, les différents postures, tout cela contribuera à ​combler le coeur de l'enfant et lui faire identifier la prière avec ce qu'elle est en réalité, ​une célébration. L'emmener à la mosquée​, notamment pour les deux ​Aïds, nourrira aussi fortement cet ​aspiration à la cé​rémonie. ​Les rangées ​alignées des orants, ​l'ambiance solennelle, les chants ​et récitations, ne manqueront pas de le captiver.​

​L​a fitra​ ​​de ​6 à 1​2 ans

Vers sept ans l’enfant atteint l’âge de raison. C’est le début d’une nouvelle période de compréhension du monde qui l’entoure. Sa conscience morale prend forme. Il commence à discerner les notions de bien et de mal, de justice et d’injustice (c'est vers cet âge qu'on l'entendra dire "C'est pas juste!"). Il parvient à saisir ces concepts à travers des faits concrets contrairement à un enfant plus jeune. Il peut également concevoir la différence entre les histoires qu’il s’imagine et le véritable mensonge.

D'après Piaget, vers 6-7 ans le bien est d'abord défini par l'"obéissance" (règle à respecter à la lettre et non dans l'esprit). Le jugement moral de l'enfant évolue ensuite à travers différentes phases. Au cours de cette période l’enfant comprendra progressivement les bienfaits de suivre les règles, le respect des autres et l’entraide.

On pourra nourrir l'esprit moral de l'enfant en lui tenant une compagnie aimante et douce, en lui racontant des histoires avec une morale (j'en ai écrit et illustré deux que vous trouverez ici et ici), en étant disponible pour répondre à ses questions. De temps à autre on pourra le conseiller avec sagesse, comme l’a fait Luqman avec son fils (Sourate Luqman 31):

«Et lorsque Luqman dit a son fils tout en l'exhortant : «Mon cher fils, n’attribue aucun associé à Dieu, car le polythéisme est ​vraiment une injustice énorme!» (​31:1​3)

​«Ô mon cher fils, ​fût-​ce ​le poids d’un grain de moutarde dissimulé dans un rocher, dans les Cieux ou dans la Terre, Dieu le fera venir, car Dieu est Subtil et parfaitement Informé.» (​31:16)

​​«Ô mon cher fils ! Observe la Salât, recommande le Bien et déconseille le Mal ! Supporte avec patience les maux qui peuvent t’atteindre ! Telle est la résolution à prendre ​dans toute entreprise.​» (​31:1​7)

C’est le moment de l’initier à la pratique cultuelle. Bien que la prière ne soit obligatoire qu'à partir de la puberté, notre bien aimé Prophète (paix et salut sur lui) a ordonné aux parents d'apprendre à leurs enfants la prière en douceur dès l'âge de sept ans et d'être plus rigoureux et exigeant à l'âge de dix ans.

​L'amour et le soin donnés à l'enfant, son "implication" dans nos rituels, ​nos sages conseils ​prodigués aux bons moments, ​auront In cha Allah un​ impact positif sur​ sa spiritualité et son amour de la religion. Car ​​il a ​avant tout besoin de se sentir en sécurité auprès de parents ayant une moralité et des valeurs élevées. Le ​savoir viendra au fur et à mesure de sa curiosité grandissante, alors soyons patients et ​​apprenons à regarder​ pousser la graine à son rythme. Wallahou A'lam

​Qu'en pensez vous? Partagez votre avis en commentaire 🙂

Laisser un commentaire?