Je ne fais pas de généralité bien sûr...on peut être une maman généreuse et pas du tout stressée! Je pense même que la générosité est le meilleur anti-stress 🙂 Comment alors peut-on être "une maman généreuse" et en même temps "une maman stressée"?

Le syndrome de la généreuse maman stressée (J'ai inventé le nom mais je pense que sa réalité va faire écho chez vous - surtout si vous êtes une mama Nord Africaine!) c'est plus une tendance issue d'une croyance ! Bismillah

Les 5 pièges de notre éducation

Comment se libérer de ces 5 conditionnements (très répandus) qui nous empêchent d'être nous-mêmes et d'appliquer l'éducation positive...

Entrez votre Prénom et votre adresse Email ci-dessous pour découvrir ces 5 pièges et des trésors de sagesses recueillis dans une conférence incontournable de Thomas d'Ansembourg:

Pour illustrer l’idée, je vais vous raconter une histoire…

C’est l’histoire d’une femme qui prépare un plat de poisson pour son invitée. Au moment de servir le plat, elle coupe la queue du poisson.

Son amie est surprise. « Pourquoi coupes-tu la queue du poisson? Je le trouve plus beau et appétissant quand il est entier. »

L’hôtesse ne trouve pas de réponse « J’ai toujours vu ma mère faire comme ça, j’ai pensé que c’était comme ça qu’on présentait un poisson! »

« Peut-être que tu devrais l’interroger sur la raison qui la pousse à couper la queue du poisson? »

Et c’est ce que la femme fait dès le lendemain : « Maman, pourquoi coupes-tu la queue du poisson avant de le servir? » Sa mère est bouche-bée. « Je ne sais pas, j’ai toujours vu ta grand-mère faire ainsi. Je vais l’interroger demain. »

Et c’est ce qu’elle fait. Sa mère répond la même chose.

Finalement, l’arrière grand-mère donne la réponse : « J’ai toujours coupé la queue du poisson car mon plat était trop petit…la queue débordait du plat, alors je la coupais! »

Ça me fait penser à la maman stressée moderne. 

Elle court partout, entre la cuisine, le ménage, la lessive, un job, les devoirs et les activités des enfants…

Elle prépare le petit-déjeuner de toute la famille. Elle passe de longues heures dans la cuisine pour préparer de bons plats pour sa famille.

Elle n’a pas vraiment le temps d’être disponible pour ses enfants, les écouter…elle doit s’occuper de tant de choses.

Elle leur fait de bons plats, fait « tout pour eux ». C’est pour elle une preuve d’amour suffisante. Et c’est comme ça qu’elle a vu faire sa propre mère.

Elle fait donc quasiment tout à la maison et demande rarement de l’aide.

Parfois maman explose de rage ou tombe en dépression.

Personne ne comprend, pourtant elle avait l’air d’aller bien!

Maman est sous pression. Un rien la rend nerveuse. Elle a du mal à rester patiente avec ses enfants…elle ne supporte pas leurs pleurs...ni leurs cris.

Elle-même ne comprend pas ce qui se passe. Pourtant elle fait tout pour être une bonne mère, elle court partout...elle sacrifie sa vie pour sa famille.

Justement.

Maman a oublié qu’elle aussi avait des besoins, des envies, des rêves...

...qu’elle a abandonnés pour répondre aux attentes de ses parents, ses enseignants, être une bonne mère…elle a oublié ce en quoi elle croyait au fond d’elle même pour suivre les leaders, l’environnement, la pub…

...elle a délaissé les activités nourrissantes qu’elle aimait tellement faire quand elle était plus jeune (« pas le temps, je veux être une bonne mère! ») comme lire, écrire, faire une activité physique, peindre, développer des amitiés inspirantes, ou juste ne rien faire, rêvasser…

Maman a coupé sa propre queue de sirène…elle a vu sa maman faire comme ça…et sa mère a vu sa propre mère faire comme ça…qui elle-même…vous connaissez la suite.

Elle a pensé que c’était la bonne chose à faire pour elle vu que ces modèles, les leaders, tout le monde faisait comme ça.

Pourtant une petite voix à l’intérieure d’elle ne cesse de lui dire « Non ce n’est pas ce que tu crois vraiment, ce que tu veux pour ta vie! »

À un moment elle était vraiment dans le don de soi, dans l’amour.

À force de donner plus qu’elle ne reçoit, elle n’est plus vraiment dans le don.

Maman a peur de perdre l’amour de l’autre, de perdre le contrôle aussi (quand on fait tout pour l’autre on finit par être « indispensable » et l’autre finit par être aliéné, se sentir « obligé » envers nous).

Elle n’est plus vraiment centrée.

Elle a oublié que quand on monte dans l’avion on nous dit de mettre notre propre masque à oxygène avant d’aider notre enfant à mettre le sien. Si on est asphyxiée on ne peut plus aider grand-monde…

Et comme le dit Christel PetitCollin :

« Il y a cinq règles définies par l’Analyse Transactionnelle à connaître et à appliquer pour que les énergies circulent librement et en abondance dans votre vie : il faut savoir donner, certes, mais aussi recevoir, demander, refuser (de donner et de recevoir) et s’autodonner. Cette règle est valable pour toutes les formes d’énergie : l’amour, le temps, le travail, les compliments… »

Quand je ne suis plus centrée, j’ai parfois tendance à tomber dans le syndrome de la généreuse maman stressée…mais je pense que mon syndrome de prédilection c’est plus le syndrome Bree Van de Kamp…^^

Et vous, est-ce que vous donnez trop et recevez trop peu? De quelles croyances limitantes avez-vous héritées et lesquelles aimeriez-vous choisir à la place?

Dans ce tutoriel ludique, je propose deux activités Montessori très amusantes pour familiariser votre enfant à la notion de générosité heureuse via une expérience concrète...tout en l'aidant à développer sa motricité fine, sa concentration, sa confiance en lui, son langage…

Vous avez aimé cet article? Partagez cette épingle et aidez d'autres mamans à sortir la tête de l'eau!

Laisser un commentaire?